Admin ||

Histoire


Personne dans l'Entre Sambre et Meuse et encore moins dans l'entité de Walcourt ne contestera que les Marches militaires escortant les diverses processions constituent un bel exemple de la perpétuation de la tradition remontant parfois fort loin dans le temps. La Marche Sainte Marguerite à Berzée est une de ces marches au passé lointain que nous allons tenter avec l'aide bienveillante du Cercle d'histoire de l'entité de Walcourt (C.H.E.W.) de vous narrer ici.

En fin 1997, la population de Berzée et des environs fut mise en émoi par une nouvelle: un comité visant au renouveau de la Marche Sainte Marguerite venait de voir le jour. Dés la nouvelle connue, les commentaires allèrent de bon train et, comme toujours, nous devrions assister à l'apparition d'un clivage entre "rénovateurs" et "conservateurs". Pour ces derniers, la Marche Sainte Marguerite n'avait été qu'un épiphénomène sans racine, sans histoire, bref un météorite qui avait disparu après quelques années d'existence dans les années 1950. Pour les premiers cités, par contre, la Marche procédait d'une coutume et de remonter à l'an1881: date à laquelle les "journaux du pays" annonçait la sortie d'une marche Sainte Marguerite le troisième week-end de juillet.

Sans nécessairement discuter de bien-fondé du renouveau de ladite Marche, nos recherches ou plus exactement celles effectuées par le CHEW, nous révèlent que la Marche Sainte Marguerite de Berzée est une Marche fort ancienne puisant ses racines au moins au seizième siècle. Les archives relatent en 1566 l'existence d'une procession en l'honneur de Sainte Marguerite à Berzée.

D'origine lointaine, la Marche Sainte Marguerite s'inscrit aussi dans une centaine pérennité. Ainsi, d'autres documents des 17ème et 18ème siècles attestent que l'autorité tant civile que religieuse de Berzée engageait des musiciens -parfois des violons comme en 1625 et 1632- et fournissait de la poudre pour "tirer" et par là "honorer" Saint Marguerite, le jour de la procession laquelle avait parfois lieu en août comme en 1716.

Au vu de ces documents, la Marche Sainte Marguerite de Berzée possède bel et bien ses lettres de noblesse et s'inscrit dans un contexte historique et culturel indéniable même si à partir de 1909, Notre Dame de Grâce a commencé à détrôner petit à petit le culte de Saint Marguerite, pourtant patronne de la paroisse de puis le 13ème siècle.

Autre élément intéressant, les documents recueillis par le CHEW établissent l'existence de liens étroits entre les Marcheurs de Berzée et ceux de Thy-le-Château. Suivant ces archives, dés1618, les gens de Thy venaient à la Saint Marguerite et avec leurs armes comme il est dit dans un document de 1629.

Lorsque le renouveau de la Marche Sainte Marguerite fut annoncé pour les 19 et 20 juillet 1998, non seulement le Comité de la Marche de Thy le Château a décidé d'aider la Marche Sainte Marguerite en lui prêtant ses fusils mais bon nombre de marcheurs de Thy se sont inscrit pour participer à cette Marche.

Notons au passage que si les Marcheurs de Berzée avaient droit à six pots de cervoise en 1636, c'était une "tonne" de ce même breuvage que les bourgeois de Thy (sic) consommaient en 1629.

Les habitants de berzée et de ses alentours ont donc, le 19 juillet 1998 endossée le costume de zouave et le son des tambours s'est fait entendre après 47 ans d'absence. Le soleil était au rendez-vous et ce renouveau s'est montré digne -nous l'espérons- des anciennes traditions du village.

Nous concluront ce récit en disant que l'histoire est un éternel recommencement et qu'il est bien dommage que la nature humaine en ces temps incertains et difficiles au lieu de s'attacher à refaire le monde, ne s'inspire pas plus de ce que nos anciens faisaient. Oecuménisme, transparence, fraternité sont des valeurs dont nous parlons tous beaucoup mais que nous ne pratiquons pas toujours. Chacun appréciera bien évidemment le propos à sa manière. Quoiqu'il en soit, nous formulons le voeu que la Marche Sainte Marguerite de Berzée connaisse un franc succès et que comme par le passé, les Marcheurs de Thy et de Berzée se retrouvent unis et fiers d'escorter cette vierge qui mourut martir en 290 et dont l'invocation était faite par les femmes en couche.